Ecrire à partir d'une photo
Défi j'écris tous les jours

Défi écrire chaque jour – Jour 7: Ecrire à partir d’une photo

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager.

Introduction

Aujourd’hui, pour le 7e jour de mon défi « J’écris tous les jours », j’explore un territoire nouveau : écrire à partir d’une photographie. Cette approche, différente de l’écriture purement imaginative ou introspective, ouvre des portes sur des paysages intérieurs inexplorés.

Pour ce défi, j’ai choisi une photo qui me met en scène dans une situation de la vie courante. 

L’écriture à partir d’une photo est un voyage singulier. Elle nous invite à plonger dans un monde où la mémoire et l’imagination se rencontrent, où les émotions capturées par l’objectif se muent en mots sur le papier. C’est une exploration qui va au-delà de la simple description ; c’est une quête de sens, de liens, de résonances profondes.

Dans les lignes qui suivent, je vous invite à partager cette aventure, à découvrir le texte né de cette photo et à explorer avec moi les réflexions qu’elle a suscitées. 

Mon texte

Rien d’extraordinaire. Juste aller au cinéma. Être en avance. Aller au café du cinéma avant le film. Oui, mais dans un petit cinéma d’art et d’essai, dans la jolie ville d’Oxford, pour voir un film français. Quel plaisir que le cinéma ! J’ai beaucoup déménagé dans ma vie d’adulte : Montpellier, Avignon, Paris, Bécherel, Oxford, et je me souviens de tous ces cinémas. Ces lieux phares d’une ville, m’évoquent la joie de découvrir un film, le plaisir de l’avant et l’après. Le petit café au-dessus du cinéma est charmant, coquet, intimiste, coloré. J’y ai déjà des souvenirs avec mon mari, mes enfants. C’est un lieu doux qui précède l’entrée dans l’univers d’un film.

J’aime beaucoup les cafés. En Angleterre, je savoure ces cafés au cœur des librairies, être là, avec un livre en main ou en tête, réfléchissant à ceux avec lesquels tu repartiras peut-être. J’aime écrire dans les cafés, plongée dans la vie de mes personnages malgré le tumulte environnant. C’est le même plaisir que celui de l’enfant qui joue dans le salon auprès de ses parents tout en étant dans son monde. Les cafés des cinémas m’offrent ce sentiment d’entre-deux, d’être à la fois en moi-même et déjà avec une histoire dont j’ignore tout ou presque.

Sur cette photo, je me réjouis de découvrir ce petit cinéma et son programme, avec toutes les perspectives de revenir qu’il contient. Je me souviens d’un cinéma et de son café que je fréquentais assidûment : Utopia à Avignon. Vivant seule dans cette ville après avoir réussi un concours de la fonction publique, j’ai passé deux ans à voir presque tous les films programmés. J’étais avide, me nourrissant d’histoires. C’est cela que j’aime au cinéma, dans les romans, dans mon métier de psychologue ou de romancière : qu’on me raconte, ou que je raconte moi-même, des histoires. Sont-ce des restes d’enfance ? Je ne me souviens pas qu’on m’en ait raconté. Ces souvenirs se sont peut-être perdus dans les limbes de la mémoire. Je me rappelle juste de deux disques vinyles que je passais en boucle : « Babar » et « Le Petit Prince ». Écouter ces disques à répétition m’a donné le goût du théâtre, la puissance qu’une voix peut donner à un texte. Je crois que ces disques m’ont initiée à la littérature, créant le désir de me lire à moi-même toutes les histoires du monde.

Olivia

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Amour ou attachement ? Démêler les fils de la dépendance affective

Ce que j’ai ressenti en écrivant : 

Il m’a été difficile d’écrire à partir d’une photo. Cela ne l’aurait pas été autant si j’avais gardé ce texte pour moi, mais sachant qu’il était destiné à être lu, j’ai pesé ce que je souhaitais partager et ce que je préférais garder secret.

J’ai écrit en me laissant guider par l’association libre, un peu comme lors d’une analyse. Mon esprit vagabondait, passant d’une scène à l’autre à partir de cette photo. C’était une expérience agréable, qui donnait du sens à la continuité de certaines de mes expériences. Écrire à partir d’une photo peut conduire vers des écrits extrêmement intimes, en fonction de la photo choisie, et peut donc s’avérer très enrichissant dans le cadre de séances d’écriture thérapeutique.

L’Écriture thérapeutique à travers la photographie

L’écriture inspirée par une photographie ne se limite pas à une simple transcription des éléments visuels ; elle devient une forme puissante d’écriture thérapeutique. Une photo, par son immobilité silencieuse, détient le pouvoir de débloquer des souvenirs enfouis, d’évoquer des émotions latentes et de révéler des aspects de notre histoire personnelle souvent laissés dans l’ombre.

La pratique de l’écriture thérapeutique à travers la photographie est particulièrement enrichissante. Elle permet de donner un cadre, un point de départ tangible à nos pensées et à nos émotions, rendant l’acte d’écrire moins intimidant et plus accessible. C’est une invitation à dialoguer avec notre propre histoire, à comprendre et à accepter les multiples facettes de notre être.

Au-delà de la thérapie, cette forme d’écriture encourage une présence attentive, un regard plus profond sur notre environnement et sur nous-mêmes. Elle nous enseigne à trouver de la beauté et du sens dans les instants figés par l’objectif, à apprécier les histoires silencieuses que chaque image cherche à raconter.

En somme, écrire à partir d’une photo est plus qu’un simple exercice littéraire. C’est une pratique méditative et introspective, un pont entre l’art visuel et l’art des mots, ouvrant un espace de réflexion et de guérison intérieure.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mon Défi Personnel : Écrire un texte thérapeutique par jour pendant 66 Jours

L’Intérêt d’écrire sur des photos : L’exemple du roman  « Extrêmement Fort et Incroyablement Près » de Jonathan Safran Foer

Dans son roman « Extrêmement fort et incroyablement près », Jonathan Safran Foer utilise des photographies pour enrichir et approfondir le récit. Cette approche illustre parfaitement l’intérêt d’intégrer des images dans la narration, en particulier pour raconter des histoires de famille et explorer des thèmes complexes comme la perte et la mémoire.

Les photographies dans ce roman ne sont pas de simples illustrations ; elles sont tissées dans le tissu même de l’histoire. Elles servent de catalyseurs narratifs, déclenchant des souvenirs, évoquant des émotions et révélant des aspects cachés des personnages. Par exemple, une série de photos d’une porte entrebâillée illustre le sentiment de distance et de mystère qui entoure le grand-père du protagoniste, un personnage énigmatique et distant.

L’utilisation de photographies dans le récit permet également une interaction plus profonde avec le lecteur. Elle invite celui-ci à s’engager visuellement et émotionnellement avec l’histoire, à interpréter les images, et à les relier à la trame narrative. Cette interaction crée une expérience de lecture multidimensionnelle, où les mots et les images se complètent mutuellement pour raconter une histoire riche et nuancée.

En outre, les photos ajoutent un élément d’authenticité et de réalisme au roman. Elles aident à ancrer l’histoire dans un contexte tangible, rendant les thèmes de la mémoire et du deuil plus accessibles et résonnants pour le lecteur.

Cette technique narrative montre que les photos peuvent servir de pont entre la fiction et la réalité, offrant un moyen unique d’explorer le passé et de comprendre les histoires familiales.

« Extrêmement fort et incroyablement près » de Jonathan Safran Foer est un exemple brillant de la manière dont les photographies peuvent enrichir la narration. Ce roman montre que l’intégration de photos dans un texte peut transformer la manière dont les histoires sont racontées et vécues, en offrant de nouvelles perspectives sur la mémoire, l’identité et la connexion humaine.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Pourquoi écrire tous les jours ? Les bienfaits de l'écriture créative et thérapeutique

Conclusion

Alors que je clôture ce 7e jour du défi « J’écris tous les jours », je me sens enrichie et inspirée par l’expérience d’écrire à partir d’une photographie. Cette méthode, mélangeant mémoire et imagination, m’a permis de tisser des liens entre le passé et le présent, entre l’image et le mot. Elle m’a aussi rappelé que chaque photo est une histoire en attente, un récit à dévoiler.

À travers mon propre texte et la réflexion sur « Extrêmement fort et incroyablement près » de Jonathan Safran Foer, j’ai découvert la puissance narrative et thérapeutique des images. Les photos, en tant que déclencheurs d’émotions et souvenirs, offrent un terrain fertile pour l’écriture, permettant d’explorer des aspects de notre vie avec une profondeur et une sincérité renouvelées.

Appel à l’Action

Ecrire à partir d'une photo

Maintenant, c’est à votre tour. Je vous invite à choisir une photographie – peut-être une qui vous est chère, ou simplement une qui attire votre regard – et à vous laisser guider par elle dans votre écriture. Laissez les images vous raconter leurs histoires, laissez les souvenirs affluer, et partagez vos créations avec nous.

Si vous êtes à l’aise, partagez vos écrits inspirés par des photos dans les commentaires ci-dessous. Ensemble, explorons la richesse des récits que nos photos peuvent révéler, et découvrons comment elles peuvent enrichir notre pratique de l’écriture.

Rejoignez-moi dans ce voyage à travers les images et les mots, et voyons ensemble où nos photos nous mèneront.

Psychologue et écrivain, je partage dans mon site des articles sur l'écriture thérapeutique.

3 commentaires

  • Dieter

    L’article « Écrire à partir d’une photo » sur le site Psycho-Plume offre une approche introspective et thérapeutique de l’écriture. L’auteur, Olivia, partage son expérience personnelle d’écriture inspirée par une photographie, soulignant la manière dont ce processus peut débloquer des souvenirs et émotions profonds. Elle explore comment cette méthode d’écriture peut mener à une compréhension plus profonde de soi-même et suggère de l’utiliser comme outil de guérison. L’article invite les lecteurs à tenter l’expérience et à partager leurs propres écrits.

  • Elise

    Merci pour ce défi inspirant et pour le partage très personnel de ton texte. Je vais certainement le faire avec une photo qui m’est chère!

    • Olivia

      C’est génial, n’hésite pas à partager ton texte si tu le souhaite. Belle session d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *