Dépasser ses pensées limitantes
Psychologie

Dépasser les fausses croyances par l’écriture thérapeutique

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager.

Introduction

Dans notre voyage à travers la vie, nous construisons souvent sans le savoir des murs invisibles autour de nous. Ces murs, façonnés par des fausses croyances sur qui nous sommes et ce que nous pouvons accomplir, limitent notre croissance personnelle et nous empêchent d’atteindre notre plein potentiel.

Ces croyances peuvent se manifester sous diverses formes – des convictions ancrées depuis l’enfance, des idées reçues de la société, ou des conclusions tirées de nos expériences passées. Elles introduisent des limitations, des doutes, des impossibilités.

Que se passerait-il si nous avions un outil pour démanteler ces murs brique par brique ? L’écriture thérapeutique, une pratique profondément personnelle et puissamment libératrice, offre justement cette clé.

Par l’acte d’écrire, nous engageons un dialogue avec notre moi intérieur, explorons les recoins cachés de notre psyché, et confrontons les ombres de nos croyances limitantes.

Dans cet article, nous allons explorer comment l’écriture thérapeutique peut nous aider à identifier, comprendre, et finalement dépasser ces fausses croyances qui freinent notre épanouissement. En tissant ensemble les fils de la psychologie et de l’écriture, nous découvrirons comment transformer l’encre et le papier en outils de guérison et de croissance personnelle.

Comprendre les fausses croyances

Les fausses croyances sont des convictions internes qui, bien que souvent erronées ou infondées, façonnent notre perception de nous-mêmes, des autres et du monde qui nous entoure. Ces croyances peuvent émerger de diverses sources : des messages répétés pendant l’enfance, des expériences traumatisantes, ou même des influences culturelles et sociales. 

Ces croyances limitantes sont des pensées du type: « Je ne suis pas suffisant », « Je ne mérite pas le bonheur », « Je ne peux pas changer », et bien d’autres. Elles sont insidieuses car elles se présentent souvent comme des vérités absolues, se logeant profondément dans notre subconscient. En tant qu’adultes, nous pouvons ne pas être immédiatement conscients de ces croyances, mais leurs effets se manifestent clairement dans nos comportements, nos émotions et nos choix de vie.

L’impact de ces fausses croyances sur notre santé mentale et notre développement personnel est profond. Elles peuvent conduire à des sentiments d’anxiété, de dépression, d’insécurité et de faible estime de soi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Écrire vers la sérénité : 3 habitudes pour une vie Zen

Dans un contexte professionnel, elles peuvent nous empêcher de saisir des opportunités ou de poursuivre nos passions.

Dans nos relations, elles peuvent créer des barrières, empêchant l’intimité et la confiance véritable. En somme, ces croyances non seulement entravent notre bien-être émotionnel mais limitent également notre capacité à vivre pleinement et authentiquement.

L’Écriture thérapeutique comme outil de prise de conscience

L’écriture thérapeutique est un voyage introspectif. Elle se distingue par sa capacité à faciliter la conscientisation, un processus par lequel nous devenons pleinement conscients de nos pensées, émotions, et croyances internes. Cet outil puissant de réflexion permet de mettre des mots sur ce qui est souvent non-dit, ou refoulé.

Dans la lutte contre les fausses croyances, l’écriture thérapeutique agit comme un miroir réfléchissant. Elle nous aide à identifier ces croyances, souvent enracinées et voilées par des années d’acceptation incontestée.

Par l’acte d’écrire, nous pouvons les extraire de l’ombre et les examiner. L’écriture nous permet de questionner la validité et l’origine de ces croyances : pourquoi les tenons-nous pour vraies ? D’où viennent-elles ? Sont-elles vraiment le reflet de notre réalité actuelle ou de simples échos d’un passé révolu ? 

En plus de mettre en évidence ces croyances, l’écriture thérapeutique nous offre l’espace nécessaire pour les défier. Elle nous encourage à remplacer les narrations négatives par des affirmations plus saines et plus constructives. Ce processus n’est pas seulement libérateur, il est également transformateur. Il nous amène à une nouvelle compréhension de nous-mêmes, à une identité qui ne se définit plus par les limites de croyances désuètes, mais par la liberté, la force et le potentiel de croissance personnelle.

Témoignage

En tant que psychologue, je rencontre chaque jour des personnes aux prises avec des fausses croyances et des pensées limitantes. Avant d’aller plus loin, il est important de distinguer ces deux termes :

Fausses croyances : Ce terme fait généralement référence à des convictions ou des suppositions que nous avons sur nous-mêmes, les autres ou le monde, qui ne sont pas basées sur la réalité ou qui sont erronées. Ces croyances peuvent provenir de notre éducation, de nos expériences passées, ou de l’influence de la société. Elles sont souvent profondément enracinées et peuvent influencer de manière significative notre comportement et nos décisions.

Pensées limitantes : Les pensées limitantes sont des types spécifiques de croyances qui restreignent notre potentiel ou notre capacité à réussir. Elles sont souvent liées à notre estime de soi et à notre confiance en nos capacités. Par exemple, une pensée limitante pourrait être « Je ne suis pas assez intelligent pour réussir dans ce domaine ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Transformer les résolutions en réalités : Techniques de visualisation créative et scénarisée

Ces pensées peuvent concerner la croyance que l’on n’atteindra jamais une situation financière confortable, que l’on échouera toujours en couple, que l’on ne peut pas créer d’amitié, ou que l’on ne peut pas se diriger vers une certaine profession…

Lorsque j’étais étudiante en psychologie, tout le monde aspirait à faire un stage en centre médico-psychologique. Il me semblait que ceux qui y parvenaient avaient souvent des parents médecins ou psychologues. Venant d’un milieu différent, j’étais persuadée que trouver un stage dans le secteur psychiatrique m’était impossible, et que je ne trouverais pas non plus un stage au centre-ville. J’avais créé de toutes pièces l’idée que trouver un stage serait difficile. Je me suis donc limitée à chercher des stages dans des institutions peu prisées et éloignées de la ville où j’habitais. Ma pensée avait été influencée par ma famille qui répétait que nous étions des artistes. En me dirigeant vers une profession de soin, je trahissais ce mythe familial, me croyant ainsi d’un côté punie et de l’autre rejetée par un milieu auquel je ne pensais pas appartenir.

Beaucoup de nos pensées limitantes proviennent de phrases entendues dans la famille, de déductions faites par l’enfant à partir de paroles qui lui sont adressées ou de comportements observés envers lui.

Jeune fille qui écrit dans un carnet

Conseils pour intégrer l’écriture thérapeutique dans sa vie

Voici quelques conseils pratiques pour ceux qui souhaitent débuter et intégrer l’écriture thérapeutique dans leur parcours de vie.

  1. Créer un espace dédié à l’écriture
    • Trouvez un lieu calme et confortable où vous pouvez écrire sans être dérangé. Cela peut être un coin de votre maison, un parc, ou même un café tranquille. L’important est d’avoir un espace qui favorise la réflexion et la concentration.
  2. Choisir le bon moment
    • Essayez d’écrire à un moment de la journée où vous vous sentez détendu et peu susceptible d’être interrompu. Pour certains, cela pourrait être le matin, pour d’autres, le soir. L’important est de trouver un moment qui convient à votre routine quotidienne.
  3. Fixer des objectifs réalisables
    • Commencez par de petits objectifs, comme écrire quelques minutes chaque jour, puis augmentez progressivement la durée ou la fréquence. L’objectif n’est pas la quantité, mais la régularité et la sincérité de l’écriture.
  4. Utiliser des consignes d’écriture
    • Si vous avez du mal à commencer, utilisez des consignes d’écriture. Cela peut être des questions ouvertes comme « Qu’est-ce qui me préoccupe en ce moment ? » ou « Quels sont mes objectifs pour les prochains mois ? » ou complétez ces phrases:  » Dans la famille, on… » « Je n’arrive pas à… »Ces prompts peuvent servir de point de départ pour vos réflexions.
  5. Intégrer l’écriture dans sa thérapie
    • Si vous suivez une thérapie, discutez avec votre thérapeute de la manière d’intégrer l’écriture thérapeutique dans votre parcours de soin. Cela peut compléter vos séances de thérapie et vous donner un outil supplémentaire pour travailler sur vous-même entre les séances.
  6. Revoir et réfléchir
    • Prenez régulièrement du temps pour relire ce que vous avez écrit. Cela peut vous aider à voir votre progression, à prendre conscience de modèles ou de thèmes récurrents, et à réfléchir sur les changements que vous souhaitez apporter dans votre vie.
  7. Respecter votre rythme
    • Rappelez-vous que l’écriture thérapeutique est un processus personnel. Il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » façon de le faire. L’important est de rester authentique et de respecter votre rythme.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Amour ou attachement ? Démêler les fils de la dépendance affective

En intégrant l’écriture thérapeutique dans votre vie, vous vous donnez un outil puissant pour explorer votre esprit, guérir vos blessures et renforcer votre croissance personnelle. Avec le temps et la pratique, vous pourriez être surpris de la profondeur de la compréhension et de la clarté que vous pouvez atteindre.

Conclusion

En confrontant et en déconstruisant nos fausses croyances, l’écriture thérapeutique nous ouvre la voie vers une compréhension plus profonde de nous-mêmes, nous libérant des chaînes invisibles qui entravent notre potentiel. Ce processus d’écriture ne se contente pas de révéler nos croyances limitantes ; il nous permet aussi de les réécrire, nous offrant une nouvelle perspective sur notre vie et nos capacités.

Le rôle de l’écriture thérapeutique dans la promotion de la santé mentale et de la croissance personnelle est indéniable. En nous offrant un espace sûr pour exprimer nos pensées et nos émotions les plus profondes, elle facilite une forme de guérison qui est à la fois introspective et libératrice. Que ce soit pour gérer l’anxiété, surmonter la dépression, traiter des traumatismes, ou simplement pour mieux se comprendre, l’écriture thérapeutique est un compagnon de voyage inestimable dans le parcours de la vie.

Je vous encourage vivement, chers lecteurs, à partager vos expériences et vos réflexions dans les commentaires.

Quelles fausses croyances avez-vous identifiées? Comment l’écriture a-t-elle influencé votre chemin vers la découverte et le changement de soi ?

Vos témoignages peuvent non seulement enrichir votre propre parcours, mais aussi inspirer et éclairer d’autres personnes sur leur chemin de croissance personnelle.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à partager vos histoires, vos défis et vos réussites. Ensemble, explorons la puissance transformatrice de l’écriture et avançons vers une compréhension plus profonde et authentique de nous-mêmes.

Cet article participe à l’évènement « Ces fausses croyances qui ont limité ma croissance », qui a été organisé par le blog « Livres-sur-ordonnance ». C’est un blog que j’apprécie beaucoup. Je vous conseille cet article https://livres-sur-ordonnance.com/bibliotherapie-un-livre-pour-guerir/ qui traite de ce sujet si enrichissant: la bibliothérapie.

Psychologue et écrivain, je partage dans mon site des articles sur l'écriture thérapeutique.

8 commentaires

  • Maud

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant et pour votre participation à cet événement inter-blogueurs. Je suis moi-même convaincue de l’intérêt et de la puissance de l’écriture ! 😊

  • Morgane

    Merci pour cet article. Il est vrai qu’il est parfois difficile d’identifier nos fausses croyances. Je vais m’essayer à ces consignes pour voir ce qui apparaît.

  • NORELLE SARA

    Je vais suivre vos conseils d’écriture pour débusquer mes pensées limitantes et aller au-delà ! Merci.

  • EvaLee

    Merci pour cet article éclairant ! J’écris beaucoup depuis toujours, mais je n’ai intégré les consignes d’écriture que tout récemment. Grâce à vous je sais que c’est un début d’écriture thérapeutique, et je sais que cela mène vraiment quelque part !

  • Dieter

    Quel article fascinant et éclairant sur « Dépasser les fausses croyances par l’écriture thérapeutique » sur Psycho-Plume ! J’ai été particulièrement impressionné par la manière dont vous avez exploré le concept des fausses croyances et la puissance de l’écriture pour les confronter. Votre explication sur la manière dont ces croyances se forment, que ce soit à travers l’enfance, des expériences traumatisantes ou des influences culturelles, était très perspicace. Le témoignage personnel que vous avez partagé a vraiment apporté un aspect humain et relatable à l’article, soulignant comment ces croyances peuvent affecter n’importe qui, peu importe leur parcours.

    L’idée de l’écriture thérapeutique comme moyen de briser ces croyances et de promouvoir une croissance personnelle est à la fois innovante et inspirante. Vos conseils pratiques pour intégrer cette pratique dans la vie quotidienne, comme créer un espace dédié à l’écriture et utiliser des consignes d’écriture, sont de précieuses ressources pour quiconque souhaite entamer ce voyage introspectif.

    Je suis convaincu que votre approche pour utiliser l’écriture comme outil de guérison et de découverte de soi peut offrir un immense soutien à de nombreuses personnes. Merci de partager vos connaissances et votre expertise dans ce domaine si important. Cet article est non seulement instructif, mais aussi profondément motivant pour ceux qui cherchent à dépasser leurs propres barrières intérieures. Bravo pour ce travail remarquable !

  • Sarah Amoros

    Merci, j’ai écouté un TEDx à la Réunion qui a traité de ce sujet, c’était très bien présenté également. Je suis en accord avec ce que tu écris, (sans mauvais jeux de mots), l’écrit a vraiment un pouvoir lorsque l’on travaille sur soi. Je le constate réguliérement et je suis assez frustrée quand des personnes n’essaie pas quand je leur propose des exercices liés à l’écrit …mais bon ..chacun à son rythme 🙂

  • Sara - Couture Circulaire

    Merci pour cet article très intéressant. J’ai toujours aimé écrire et j’ai tenu pendant quelques années un « cahier de gratitude » dans lequel je notais toutes les choses positives et marquantes qui m’étaient arrivées dans la journée. Ça m’a aidé sur la perception que j’avais de moi même et à prendre du recul sur ma façon de penser. Je retrouve des similitudes avec l’écriture thérapeutique.
    Ton article me donne envie de m’y remettre de manière peut être plus poussée 🤗

  • Marlène

    Merci pour cet article ! J’ai pu moi-même constater les bienfaits de l’écriture thérapeutique dans le cadre de mon burn-out. J’aimais commencer par des questions ouvertes, mais aussi faire un petit « état des lieux émotionnels ». D’ailleurs, je me sers toujours de l’écriture à la fin de chaque journée pour vider mon sac ! Et je le conseille 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *